Decouverte de Fuchu-shi

Aujourd’hui, mardi 4 octobre 2011, je me suis réveillé à 9h30. J’avais pas mal de sommeil à rattraper… à 10h, alors que je suis toujours au lit à méditer, l’interphone sonne. Je comprends vaguement qu’il doit s’agir de mon bagage livre comme je l’avais demandé, a cette date. J’attends quelque instant, le livreur sonne et me fait signer un reçu. Enfin, je l’ai, je retrouve mon coffre au trésor from France ! Je l’ouvre tel un gamin ouvrant ses cadeaux de Noel et je constate avec plaisir que tout y est ! Mon ordinateur, mon costume, mes affaires… Je déballe tout et range dans les nombreuses armoires mises à dispositions dans nos chambres. Une fois termine, on sonne de nouveau à ma porte. C’est Clément, mon camarade français. Il me propose un café dans sa chambre. Très bonne idée !

Cinq minutes plus tard, je le retrouve et nous discutons de nos nuits respectives. Alors que j’ai dormi comme une marmotte, il en a profité, après avoir tenté de sonner chez moi, pour visiter la résidence et la ville. Il me fait part de ses impressions et nous décidons de remettre ça.

Nous avons ainsi passé la matinée et une bonne partie de l’après-midi à visiter Fuchu-shi et le campus de Fuchu. L’université compte deux campus : Fuchu, dédié principalement à l’agriculture et à l’enseignement des sciences et Koganei, pour les nouvelles technologies. Il me faudra rapidement acquérir un vélo d’occasion pour naviguer de l’un à l’autre.

Apres un somme ou j’ai commencé la rédaction de ce billet, on sonne à ma porte. C’est Christian, un autre étudiant du programme STEP, Suédois, qui me propose de manger avec lui. C’est une bonne occasion de faire connaissance. Je lui demande s’il a prévenu Clément. Il me demande alors le numéro de sa chambre, puis le temps que je range mes affaires, il revient pour me dire qu’il ne répond pas. Par contre, David, le second suédois fini sa douche et nous accompagne.

C’est l’occasion d’un échange afin de mieux nous connaitre ainsi que d’en apprendre plus sur nos pays respectifs. Christian qui parle bien japonais nous emmène dans un restaurant et nous décrit les plats au menu. Pour 600 yens, je mange une sorte de pan cake avec du porc. Succulent mais un peu lege pour mon estomac. Les restaurants ne sont pas chers au Japon, mais les portions sont légères. Apres avoir fait nos courses dans un 100 yen shop ou j’ai pu acheter une carte pour envoyer à ma mère et des produits d’entretiens, nous rentrons a la résidence puis nous nous quittons.

Demain, j’espère me rendre à Tokyo pour d’une part retrouver mon téléphone portable que j’ai oublié au Sakura Hotel, d’autre part pour visiter un peu plus les quartiers et enfin pour trouver une connexion Internet.

A présent, je m’apprête à prendre un bain puis à dormir d’un sommeil paisible.

Laisser un commentaire