Nihonbashi, Tokyo Station

Retour sur ma petite visite de Nihonbashi, il y a une semaine de cela.

Quartier en perpétuelle construction

Rendu sur place afin de tirer de l’argent à la banque HSBC (étant donné le prix de la commission, en moyenne 8 euros par prélèvement, ça n’est pas forcement rentable, mais, j’ai ainsi le transport rentabilisé et je peux visiter le quartier). Coté ouest de la gare se trouve le palais impérial qui fera l’objet de ma prochaine visite du quartier. Coté est, là ou je me suis rendu, il s’agit du quartier d’affaire de Tokyo. Ce quartier est constitué de gratte ciels détenus par de grandes banques nippones et mondiales. Froid par son aspect vitré, sans aucun panneau publicitaire aux couleurs chatoyantes, ce quartier se démarque du reste de Tokyo. Etant sur place lors d’un jour férié, le « Culture day », les rues étaient désertes pour mon plus grand plaisir et la météo au ciel menaçant accentuait le froid dégagé par ce quartier intimidant.

Ou comment comprendre que la propreté peut-être source de névrose lorsqu’elle atteint ce niveau d’obsession

Cependant, au nord de Nihonbashi se trouve une zone bien plus « explosive ». Restaurants et bars s’y étendent à perte de vue. J’ai réussi à trouver le bistrot à la française : André du Sacré Coeur. Indiqué dans le guide du Routard, l’ambiance semble y être à la hauteur de la description faite dans cet ouvrage. Je n’ai malheureusement pas pu vérifier cela puisque comme indiqué dans ce guide, l’établissement est fermé les jours fériés. Néanmoins, je ne manquerai pas d’y déguster un festin, la nourriture française commençant cruellement à me manquer.

Chez André, rien ne manque, jusqu’au nom de la rue !

 J’ai ainsi pu repérer la station de métro à quelques pas de ce troquet.

La police, elle fait peur quand elle fait son sourire Totoro !

En conclusion, ce quartier est à visiter pour son architecture d’une géométrie à faire pâlir d’envie tout mathématicien. Il héberge aussi des musées d’une grande qualité (le Bridgestone muséum, habitant de nombreux chef d’oeuvre de maitres, achetés par le deuxième fabricant de pneus APRES Michelin).

Laisser un commentaire