Séjour en France partie 2

Petit tour de jardin… Les pruniers sont ici aussi fleuris !

J’ai profité de ma présence en France pour rendre visite à ma soeur vivant à présent à Paris. Ainsi, un petit tour à l’ambassade du Japon pour m’informer des visas pour ma poursuite en stage s’est imposé à moi… Mais je n’ai obtenu aucune réponse.

Petit tour du touriste, Arc de Triomphe, Jardin du Luxembourg… Puis arrivée chez ma soeur chez qui j’ai pris l’apéritif puis nous avons partager un repas avec Jérémy, son copain.

Son appartement est bien agréable mais, à deux, cela doit être légèrement étriqué… L’avantage c’est que c’est tres calme, celui-ci donnant sur la cour.

Le lendemain, Seb m’a propulsé au septième ciel ! Car suivant mon désir de voler, de longue date, venant tout juste de renouveler sa licence, il m’a fait gouté l’azur.

Ce fut une heure et demie de pur bonheur. Les huit paresseux de Seb sont pour le moins jouissif. Je lui dis, « Seb t’es mon Hero ! ».

Retour à la base, les soirées s’enchainent et ne se ressemblent pas.

Lundi, visite à Grenoble pour régler quelques éléments administratifs et voir les copains et les copines. J’ai pu encore voir un Seb là bas, un autre, un traitre de Lyonnais.

Enfin retour à Paris, retour à Chatou, retour à Paris, retour en Chine, retour à Narita…

Et oui, j’ai retrouvé cette odeur si particulière, celle du Japon. Je l’avais remarquée lors de mon arrivée, puis, au bout de quelques jours, mon cerveau en avait supprimé la trace, malgré mes tentatives de la retrouver, inspirant de tous mes poumons. Quelques jours en France ont suffit pour retrouvé cette étrange odeur Japonaise, qui disparaitra de façon fugace.

Bilan de ce séjour en France. Ce fut bien trop court, je n’ai pas eu le temps de voir beaucoup d’amis que j’aurais sincèrement aimer revoir… J’ai pu cependant m’emplir l’estomac de plein de nourriture française.

Et malgré tout, on retrouve ses racines, le confort de la langue maternelle, la culture, un ensemble de concept fondamentaux qui reviennent au galop et qui rappellent que malgré les critiques que l’on peut faire sur son pays, les dysfonctionnement constaté et mis en exergue par la comparaison avec le système du pays d’accueil, oui, on est bien dans son pays !

Laisser un commentaire