Permis de conduire (2)

Ca y est, j’ai mon permis de conduire ! Enfin non, maintenant j’ai DEUX permis de conduire… Moi qui croyais que je devais rendre mon permis français, cela m’évite la peur d’avoir à le repasser une fois de retour en France.

Petit rappel de la procédure, quiconque veut conduire au Japon avec un permis français se doit de détenir une traduction du permis émise par l’ambassade de France au Japon ou par la JAF (Japan Automobile Federation). Un permis international ne vaut rien ici. La traduction vous coutera 3000 yens à la JAF et sera émise dans la journée.

Si vous souhaitez conduire plus d’un an après votre arrivée, vous devez alors être en possession du permis japonais. Pour l’obtenir, il vous faut votre permis de conduire français accompagné de sa traduction, votre passeport, votre Alien Registration Card ainsi qu’un justificatif montrant que vous êtes resté plus de trois mois en France après la date de passage de votre permis. Mon permis moto m’ayant été délivré en mars 2011, j’ai fourni les bulletins de salaire Cassidian émis a l’occasion de mon stage l’été dernier ainsi qu’un certificat affirmant que j’ai effectué ce stage qui m’avait été remis à son issue. Les bulletins étaient de simples photocopies, les mentions étaient doublées en anglais, le certificat, original, entièrement en français.

J’ai donc demandé à l’accueil ou me rendre dans ce grand bureau des permis de conduire, on m’indique en japonais, troisième étage, guichet 31. Je m’y rend et alors que les autres guichets étaient pleins, personne n’attendait devant celui-ci. On me donne un numéro, j’attend quelques minutes puis je reviens avec les différents papiers, j’attend de nouveau.

Ensuite, l’employé m’explique que je dois payer et passer un contrôle visuel. Je me rend de nouveau au premier etage pour payer les 7500 yens pour les permis voiture et moto. Ensuite, je passe le contrôle visuel… On m’a demandé si je portais des lentilles… Mon japonais approximatif semble leur avoir convenu. Je n’ai pas bien compris ce qu’il fallait que je dise dans un premier temps (il y avait des cercles troués) puis j’ai enfin compris qu’il fallait que j’indique la position du trou… puis la couleur de loupiotes. Après quelques erreurs, l’employé ne m’en a pas tenu rigueur sachant mes difficultés à comprendre l’exercice, il m’a délivré le certificat que j’ai fait tamponner a la sortie.

Retour au troisième étage, dont des certificats, attente, puis l’employé m’a accompagné pour me montrer ou je pouvais récupérer mon permis une heure plus tard, ce après avoir choisi un code secret pour mon permis et pris une photo de ma trombine.

De retour au centre après un passage par chez moi, vidange physiologique oblige, je me suis rendu à ce bureau placé à coté d’un plateau de conduite… J’ignorais encore si je devais passer un test supplémentaire. Après quelques minutes, mon nom est appelé puis j’obtient enfin la petite carte. On me montre comment valider la carte sur une machine automatique.

Enfin, j’ai mon permis japonais, et sans limite de cylindrée !

Laisser un commentaire