Balade Moto Fuji-yama

Oui oui, il ose tout…

Le rendez-vous était donné. Six heures du matin devant l’université… Dur dur mais nécessaire, d’une part Jun devant retourner travailler à son laboratoire avant cinq heures, d’autre part pour échapper à la circulation et à la chaleur, afin de déguster le plus vite possible ces virages nous tendant les bras.

Lac ayant servi de modèle pour Evangelion, merci à Jun pour l’info !

Avant la fameuse route menant au cinquième étage du Mont Fuji, nous sommes passés par des portions de routes de montagne à péage (250 yens l’entrée pour chaque). Autant, la première était entretenu avec soin, autant la seconde, plutôt étroite et parfois mal carrossée faisait passer le prix du péage un peu pour de l’arnaque. Par contre, du coté des paysages, toutes deux offraient un point de vue incroyable ! Mais, depuis quand doit on payer pour admirer la nature ?

Arrivé au pied du mont, immense déception car l’accès avait scandaleusement été fermé pour tout véhicule particulier. Accès ouvert qu’aux taxis et aux aquariums à touristes… Franchement…

Au pied du Fuji-yama, nous nous sommes amusés autrement, les japonais fidèles à leur origines de samurais…

… et le français, fidèle à celui de paresseux.

Nous sommes donc revenu un peut broucouilles, comme ils disent dans le Champenois, mais au moins, nous avons pu voir quelques beaux paysages.

Très jolie Triumph vue sur le retour… Et grand respect à son propriétaire qui doit faire ses chromes aussi méticuleusement et qui doit nettoyer son moteur au cure dent…

Bref, une très belle balade malgré cette privation injuste de la route du Mont Fuji !

Deux VTR 250, celle du nouveau copain, Santo, est plus récente (2007, toujours moteur à carburation), enfin dotée d’un compte tour et d’une jauge à essence (là par contre l’utilité… je préfère faire ça aux kilomètres et éventuellement à la réserve). En rouge, elle à vraiment un sacré cachet !

Laisser un commentaire