Changement de plaques

Enfin décidé à me bouger pour changer ces fameuses plaques établies pour mon ancien logement, j’ai pris ma journée, et cela était bien nécessaire, pou accomplir ces démarches.

Cette procédure n’est en rien compliquée mais, comme toujours dans un pays étranger, il faut s’armer de patience pour la comprendre cette procédure. La moto étant au dessus de 50cc, je devais me rendre dans une des branches spécialisées dans l’immatriculation des véhicules, à 20km de mon lieu d’habitation…

Chose faite, une fois sur place, il m’a fallu m’y rendre une première fois pour connaitre les horaires (en gros du 10h-16h). C’est ainsi que j’y du reporter une première fois la procédure m’y étant rendu trop tard. Une autre fois, une malencontreuse entorse au code de la route ainsi qu’une fâcheuse panne de batterie m’a obligé à de nouveau repousser les choses… Le sort semblait s’acharner contre moi.

Finalement hier, je me suis motivé pour y retourner… Cette fois, on me réclamait un papier produit par la mairie… à 20km (ces fameux 20km en plein Tokyo dans la journée en semaine sont un vrai cauchemar)… Mais, rien n’entamerait ma détermination. J’ai finalement repris la route pour la mairie de mon quartier, scrutant tout au long du trajet ma montre de peur de ne pouvoir revenir à temps au bureau des immatriculations. La demande pour le papier contenait au passage deux trois questions très amusantes sur lesquelles j’ai eu quelques difficulté à faire mon choix finalement guidé par le hasard, la guichetière semblant tout aussi perdue que moi. Par exemple ‘Nationality YES/NO’…

Finalement, armé de mon papier, retour au fameux bureau des immatriculations, bâtiment B pour acheter le formulaire de changement de domicile puis bâtiment D pour le faire tamponner et remplir, puis emprunt d’un tourne-vis pour démonter l’ancienne plaque, puis retour bâtiment B pour donner l’ancienne plaque après avoir récupérer l’autocollant de l’assurance, puis retour bâtiment D pour montrer que la plaque à bien été rendue, enfin rendez-vous bâtiment A pour une collection de tampon dont j’ignore l’utilité, et retour bâtiment B pour achat de la nouvelle plaque et collage de l’autocollant de l’assurance… le vieux qui n’a pas été remplacé… Le guichetier m’a proposer du ruban adhésif pour que ça colle mieux. Enfin retour à la moto pour visser la nouvelle plaque.

Le tout se fait très rapidement une fois les documents rassemblés, pas de longue queue, tout s’ordonne très bien et, comble de l’administration, les guichetiers sont souriants et patient, prêts à aiguiller le pauvre étranger dans ce labyrinthe administratif.

J’aurais bien aimé garder mon ancienne plaque en souvenir, malheureusement cela n’a pas été possible…
IMG_0200

Admirez cette nouvelle plaque…

Au passage, quelques infos très intéressantes sur les plaques japonaises ici http://www.planeteblog.com/?p=1523

Pour les motos c’est un peu différent. Les 50cc sont immatriculées par la mairie et comportent des plaques non rectangulaires (les deux coins supérieur étant tronqués). Elle sont rose ou blanches. Les petites motos (jusqu’à 250cc) sont en plaques blanches caractères verts. Les grosses motos (supérieur à 400cc) sont en plaques blanches avec liseret vert, caractères verts. Les plaques professionnelles sont un peu différentes par leur couleur.

La différence entre cylindrée est due à la classification locale des machines puisqu’il faut un contrôle technique pour les grosses cylindrées alors que les petites cylindrées en sont épargnées. De plus, il faut un permis spécial pour les grosses cylindrées, difficile à passé d’après les japonais. Par contre, nous avons la chances grâce au permis français d’en bénéficier. Après reste à avoir l’envie de passer ce contrôle technique…

IMG_0202

Une dernière photo de la plus belle, surtout que je l’ai bien astiquée le matin. Le patron de MS-Strada m’a gracieusement resserré sa chaine le matin. Toujours aussi sympa dans ce garage.
Et puis le plot géant c’est rigolo.

Laisser un commentaire