l’ETC, Electronic Toll Collection System

En France, il existe le télépéage, au Japon, son équivalent est l’ETC. Bien que pratique en France, je trouve le système à la limite de l’arnaque. Il n’offre aucun avantage au niveau des tarifs et, il faut en plus s’acquitter d’un abonnement… alors que ça permet aux sociétés d’autoroute de simplifier leur gestion en supprimant par exemple des postes d’hôte de péage. Mais, il faut avouer que le système est très facile à obtenir et à utiliser…

Au Japon, c’est une autre paire de manche. Obtenir l’ETC révèle du parcours du combattant mais, ce système offre de très nombreux avantages. En plus de l’intérêt d’éviter d’avoir à sortir son portefeuille après avoir retiré ses gants, avoir à remettre l’argent dans celui-là, ce qui m’a déjà valu de perdre de coquettes sommes en pièces tombées par terre, il offre l’intérêt de payer beaucoup moins cher le péage. En effet, les réductions oscillent de 20 à 50 pour-cents sur le prix normal suivant l’heure de passage et l’autoroute empruntée. Sachant que le passage par l’autoroute est quasi obligé à moins d’avoir vraiment du temps, les villes japonaises étant des nids à feux et s’étendant sur des kilomètres, routes moches et sans intérêt, sans compter que bien des autoroutes sont merveilleuses. Je prendrais l’exemple de l’autoroute de Chiba, incroyablement belle alors que la nationale est hideuse. L’ETC devient très très vite intéressant. L’exemple le plus extrême étant la Tokyo Aqua Bay Line qui coute 2400 yens sans ETC et 640 yens avec ETC.

Alors l’ETC, comment ça marche ?

L’ETC est d’une part, la combinaison d’un système de lecteur de carte à puce et d’antenne installé sur le véhicule, appareil enregistré pour ledit véhicule. Ainsi, quand on passe le péage, on paye le bon prix pour le véhicule en question. Dans mon cas, je paye bien le tarif moto.

D’autre part, l’ETC nécessite une carte à puce qui est indépendante du lecteur. Cette carte à puce est personnelle et permet ainsi lorsque l’on emprunte le véhicule de quelqu’un ou que l’on loue un véhicule de payer avec sa propre carte en introduisant simplement la carte dans l’appareil. Rien de plus ! Evidemment, je suis content d’être au Japon, dans un pays ou il n’y a pratiquement pas de délinquance… Sinon, je me ferais du soucis sur la sécurité de cette carte qui ne nécessite aucun code secret pour fonctionner.

Comment obtenir l’ETC ?

Pour obtenir le lecteur de carte, il suffit de se rendre dans un magasin installant ce système. Il est très certainement possible de le faire sois même, mais, ayant des papiers à remplir pour l’enregistrement de l’appareil et l’installation nécessitant des connaissances techniques, il est tout de même plus simple de faire cela en boutique. Pour ma part, je suis allé chez にりんかん (Nirin kan), un magasin spécialisé dans les articles de moto. La liste de leurs magasins est visible ici : http://driverstand.com/tenpo/top/map/index2.html.

Il faut savoir que ça coûte cher… très cher même. L’appareil en lui même m’a coûté 19 800 yens auxquels il a fallu ajouté 5 000 yens pour le support guidon et 10 000 yens pour l’installation et toutes les broutilles administratives. Au total j’en ai eu pour 30 000 yens environ. C’est monté en une heure.

Pour obtenir la carte, il existe deux solutions. La première, c’est une carte à obtenir auprès de la société d’autoroute… mais, cette solution me paraissait un peu compliquée devant version une garantie minimale de 30 000 yens, garantie qui doit au moins être égale au double du montant maximal qui sera dépensé en un mois sur l’autoroute…. Donc si vous avez l’intention de dépenser 20 000 yens un mois sur l’autoroute, il vous faudra verser une garantie d’au moins 40 000 yens. De plus il faut payer un abonnement, de mémoire quelque chose comme 1000 yens par an. Toutes ces informations sont à prendre avec des pincettes n’ayant pas été vérifier davantage cette solution étant loin d’être pratique.

La solution que j’ai privilégiée et la plus courante mais, qui n’est pas forcement possible à obtenir, c’est l’utilisation d’une carte de crédit. Je parle bien de carte de crédit et non de carte de débit. Au Japon, les cartes de débit comme l’on connaît en France sont rares. Il faut donc obtenir une carte de crédit qui dispose de l’option ETC. Dans mon cas, je me suis tourné vers Rakuten Bank, une banque en ligne qui d’après ce que j’avais lu accepte facilement les demandes de cartes de crédits venant d’étranger. Car c’est loin d’être facile pour un étranger d’obtenir une carte de crédit au Japon.

Ainsi, j’ai fait une demande de carte de crédit sur Rakuten, ma demande, à mon plus grand étonnement, à été acceptée et j’ai reçu ma carte sous une semaine. Puis, j’ai fait la demande de carte ETC. La carte ETC coûté 525 yens par an. De même, en une semaine ma carte était arrivée. Pour la petite histoire, j’avais déjà un compte chez Rakuten voulant une carte visa de débit depuis quelques mois. C’est peut-être ce qui à facilité l’obtention de la carte de crédit. Je ne reçois pourtant pas mon salaire sur ce compte.

Pour ouvrir un compte chez Rakuten, rendez-vous sur leur site :  http://www.rakuten-bank.co.jp/ . Pour ouvrir le compte en demandant directement une carte de crédit, il suffit de suivre ce lien http://www.rakuten-bank.co.jp/card/rc/ puis de cliquer sur le bouton vert. Tout est en japonais par contre.

Enfin, il faut savoir qu’il existe pour les étrangers en visite au Japon des offres spéciales pour l’autoroute fonctionnant avec l’ETC en coopération avec les loueurs de voiture. A consulter ici http://www.go-etc.jp/english/expressway/index.html

L’autoroute, combien ça coute ?

Vous pouvez consulter les tarifs sur toute bonne carte routière ou directement en ligne sur http://www.driveplaza.com/dp/MapSearch

Ca ressemble à quoi l’ETC une fois installé ?

1234341_10151679702253429_895216482_n