Retour sur ce week end

Le week end dernier, c’était le festival de mon université. Pour cette occasion, les étudiants étrangers du programme STEP se devaient de présenter leur pays par le biais d’un panneau.

Et voici le panneau que j’ai concocté

Et quand les demoiselles sont belles et intéressées par la France… (devant le panneau de Clément).

Ainsi, durant trois jours, nous avons fait la promotion de nos produits respectifs. Malgré une pluie forte le vendredi, heureusement, les deux jours ouverts au publics, samedi et dimanches, furent ensoleillés.

Samedi soir, après le festival, nous nous sommes rendu à une fête donnée, si j’ai bien compris, par la mairie pour parler des étrangers en échange au Japon. Soirée très agréable qui m’a permis de danser sur des musiques traditionnelles… comme un pied. Des plats étaient à disposition pour déguster des mets locaux, puis, une fois la soirée terminée, nous nous rendons au deuxième étage (soit le premier étage en France, mais ce détail n’a aucune importance) pour faire la vaisselle ! Je ne m’épancherai pas sur cette partie qui nous à quelque peut étonné (la soirée était payante pour information).

Je suis cool, j’ai quand même souri sur la photo… et dire que j’avais une tonne de vaisselle à faire chez moi !

Puis, retour à la résidence de Fuchu. Les bouts en trains que sont Motozawa, Christian et moi-même étions prêt pour boire un dernier canon en ville. Le rendez-vous fut donné. Finalement, nous nous sommes retrouvé que tous les trois.

Au Japon, il n’y a pas que l’heure qui est en avance sur le monde… Noël aussi !

Et nous voila, après quelques tours de pédale, rendus dans un pub au centre de Fuchu. Nous avons pu y gouté un alcool très très étrange. Pour mémoire, voici ce qui existait dans l’imaginaire des comiques :

http://www.dailymotion.com/video/x9p33a_les-bronzes-font-du-ski-la-liqueur_shortfilms

Et maintenant, voici ce que l’on trouve au Japon :

Les courageux challengers avec leur trophée de chasse !

Oui, oui, vous avez bien vu :

Un joli serpent !

Pour ce qui est du gout de l’alcool, c’est très fort, et franchement pas mauvais. Enfin je n’ai pas trouvé ça d’une grande subtilité. Cette boisson est réputée pour rendre un homme fort !

Enfin le lendemain soir, nous avons conclus le festival par un buffet. Et tenez vous bien, pour mon plus grand plaisir (et clairement celui de Clément aussi), les professeurs ont pensé à nous en apportant du vin et du fromage. Et quel fromage ! non pas un infâme plastique au lait pasteurisé mais bien un mont d’or au lait cru !

Il y a du vin, du fromage et du saucisson !

Me voila donc partiellement rechargé en énergie positive.

PS : Navré pour la tournure fort skyblog que prend cet article. Flute, mon cerveau ramolli !

Waseda University Festival

Hier, c’était le jour du festival annuel de l’université de Waseda. Motozawa nous a donc organisé une journée pour visiter cette université. Nous nous y sommes donc rendu en train, et ce fut pour moi l’occasion de découvrir le métro de Tokyo, ce réseau dense que, d’après les propres aveux des japonais, personne ne comprend, raison pour laquelle je ne m’étais pas aventuré au delà des lignes JR ou Keio.

Ca me permet donc d’exprimer mes impressions sur ce réseau. Les quais et trains sont d’une propreté incroyable pour tout parisien habitué au RER et Métro de la capitale. Les trains sont ponctuels (cette constatation ne provient pas de ma courte expérience d’une journée mais, d’une part des ouïes dire et d’autre part de mon expérience jusque là sans la moindre minute de retard sur l’ensemble des transports que j’ai pu prendre, ce que j’ai fait très souvent !). Encore une leçon à tirer des sociétés ferroviaires nippones.

Arrivé sur place, comme Motozawa nous avait prévenu, un monde fou circule dans les rues, en raison du festival.

Une des entrées de l’université

Dans les allées du campus se tiennent sur des cotés des petits stands tenus par les étudiants vendant des plats…

Nous voilà en train de manger des plats cuisinés avec amour par les étudiant(e)s

 L’après midi, nous avons visité un musé à l’intérieur de l’université puis assisté à différentes représentations de groupes musicaux d’étudiants.

Il y avait de tout, du carrément ignoble (surtout au niveau du chant en général) au fabuleux (un groupe de chanteurs a capela, a mi chemin entre du chant et du beat boxing sur des musiques stylées blues ainsi que des danseurs incroyables, visibles sur la photo). Ce qui en ressort, c’est que les étudiants japonais semblent souvent participer à des clubs musicaux au regard du nombre de ces clubs.

Enfin, nous avons été nous restauré, puis, clou de la journée, avons chanté dans un karaoke. J’ai bien évidemment chanté « Aux champs Elysées » mais aussi sur des musiques britanniques, américaine, japonaise et, sur du Ozone… qui l’aurait cru…

La soirée s’est terminée dans un bar au style britannique.

Et voici le petit cadeau de la fin… Yatta, le prochain morceau à préparer pour le karaoke ! ça promet !