Début de mon Independant Studies

Ca y est, j’ai enfin commencé.

Après réception d’un email de mon sensei, Satoshi sensei, j’ai eu connaissance du travail sur lequel j’allais travailler. Un développement sur Android du système Virtual Human. Vaste programme.

Je me suis donc rendu dans mon laboratoire, on y retire ses chaussures avant d’entrer dans le plus pur style japonais. J’y trouve au hasard du dernier étage, lieu ou se situe le laboratoire, mon sensei. La conversation commence en japonais malgré les mails en anglais que nous avions échangé mais, mon faible niveau me fait vite défaut… Cependant, nous arrivons plus ou moins à nous comprendre.

Il me laisse choisir mon bureau parmi ceux disponibles, je choisi celui près de la fenêtre, souvenir des moments de paresses passés sur les bancs de l’école. Et j’installe Windows 7… en japonais.

Puis s’en suit l’installation des divers outils de développement, encore en japonais puis mon sensei tente de m’expliquer (ou je tente de comprendre) ce que j’aurai à faire. Là ou cela se corse, c’est que l’ensemble des rapports du laboratoire sont entièrement en japonais, les code sources encore une fois commentés en japonais…

Conclusion, ce travail va être certainement intéressant mais, la barrière de la langue risque d’être difficile à franchir.

Retour sur ce week end

Le week end dernier, c’était le festival de mon université. Pour cette occasion, les étudiants étrangers du programme STEP se devaient de présenter leur pays par le biais d’un panneau.

Et voici le panneau que j’ai concocté

Et quand les demoiselles sont belles et intéressées par la France… (devant le panneau de Clément).

Ainsi, durant trois jours, nous avons fait la promotion de nos produits respectifs. Malgré une pluie forte le vendredi, heureusement, les deux jours ouverts au publics, samedi et dimanches, furent ensoleillés.

Samedi soir, après le festival, nous nous sommes rendu à une fête donnée, si j’ai bien compris, par la mairie pour parler des étrangers en échange au Japon. Soirée très agréable qui m’a permis de danser sur des musiques traditionnelles… comme un pied. Des plats étaient à disposition pour déguster des mets locaux, puis, une fois la soirée terminée, nous nous rendons au deuxième étage (soit le premier étage en France, mais ce détail n’a aucune importance) pour faire la vaisselle ! Je ne m’épancherai pas sur cette partie qui nous à quelque peut étonné (la soirée était payante pour information).

Je suis cool, j’ai quand même souri sur la photo… et dire que j’avais une tonne de vaisselle à faire chez moi !

Puis, retour à la résidence de Fuchu. Les bouts en trains que sont Motozawa, Christian et moi-même étions prêt pour boire un dernier canon en ville. Le rendez-vous fut donné. Finalement, nous nous sommes retrouvé que tous les trois.

Au Japon, il n’y a pas que l’heure qui est en avance sur le monde… Noël aussi !

Et nous voila, après quelques tours de pédale, rendus dans un pub au centre de Fuchu. Nous avons pu y gouté un alcool très très étrange. Pour mémoire, voici ce qui existait dans l’imaginaire des comiques :

http://www.dailymotion.com/video/x9p33a_les-bronzes-font-du-ski-la-liqueur_shortfilms

Et maintenant, voici ce que l’on trouve au Japon :

Les courageux challengers avec leur trophée de chasse !

Oui, oui, vous avez bien vu :

Un joli serpent !

Pour ce qui est du gout de l’alcool, c’est très fort, et franchement pas mauvais. Enfin je n’ai pas trouvé ça d’une grande subtilité. Cette boisson est réputée pour rendre un homme fort !

Enfin le lendemain soir, nous avons conclus le festival par un buffet. Et tenez vous bien, pour mon plus grand plaisir (et clairement celui de Clément aussi), les professeurs ont pensé à nous en apportant du vin et du fromage. Et quel fromage ! non pas un infâme plastique au lait pasteurisé mais bien un mont d’or au lait cru !

Il y a du vin, du fromage et du saucisson !

Me voila donc partiellement rechargé en énergie positive.

PS : Navré pour la tournure fort skyblog que prend cet article. Flute, mon cerveau ramolli !